Sélection du Temps des fêtes

bandeau Temps des fêtes

Toute l’équipe d’Érudit vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

En cette occasion, découvrez une courte sélection d’articles sur le thème des fêtes de fin d’année et provenant de revues diffusées sur la plateforme erudit.org :

  1. Une fête venue de la nuit des temps : Le 25 décembre, Yvan Fortier
    Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec N° 47, 1996, pp. 24-27
    Noël s’établit donc dans ce qui était déjà, avant l’ère chrétienne, le créneau de fêtes à la lumière. Ces fêtes du solstice d’hiver allaient présider à la résurrection du soleil dont la course, en ce temps-là de l’année, était à son plus court. C’est pourquoi on favorisait l’illumination sous toutes ses formes.
    Lire l’article
  2. Changement climatique, authenticité et marketing des régions nordiques, par C. Michael Hall
    Téoros, Volume 28Numéro 1, 2009, p. 70–79
    Cet article expose le rôle du père Noël comme élément central du marketing et de la compétitivité des hautes latitudes nordiques. Bien que souvent associé à la Finlande et à la Laponie, nous démontrons qu’un certain nombre de destinations tendent à utiliser le père Noël dans leur effort de développer un avantage construit. Nous soutenons par ailleurs que la valeur du père Noël comme moyen de différencier une destination s’amoindrira à court terme en raison de la perte d’authenticité qui découle de la concurrence d’autres destinations et peut-être davantage à long terme comme une des conséquences du changement climatique.
    Lire l’article
  3. Tourtière and Cretons: Celebratory French-Canadian Meat Dishes in Today’s New England, par Kristen Merrill
    Cuizine, 
    Volume 4, Numéro 2, 2013
    To anyone of French-Canadian descent growing up in the former mill towns of New England, the sight of pork pie at the Christmas table is likely something you’ve never questioned. But as with most traditional and iconic foods, this dish has a long history.
    Lire l’article
  4. Noël, de l’enfant quêteur à l’enfant gâté, par Martyne Perrot
    Ethnologies, Volume 29Numéro 1–2, 2007, p. 285–302
    Le XIXe siècle a transformé Noël en une célébration de la famille bourgeoise. Il a du même coup installé l’enfant au centre du nouveau rite profane. Les enfants et les adolescents qui animaient les fameuses tournées de quête ont progressivement fait place aux héritiers d’une bourgeoisie en plein essor, qui attendent désormais leur cadeau de Noël comme un dû. En un siècle et demi, la fête collective a non seulement été privatisée, mais la famille, en « confisquant » ses propres enfants, a contracté envers eux une dette infinie.
    Lire l’article
  5. Mon beau sapin, Jean-marie Lebel
    Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec N° 47, 1996, pp. 24-27
    Entrer un arbre dans le salon et suspendre des ornements à ses branches, quelle curieuse coutume! Et pourtant cette coutume s’est inscrite tout naturellement dans nos vies et fait partie de nos façons de célébrer Noël, fête religieuse, familiale et nostalgique. Par ses lumières et ses ornements multicolores, l’arbre de Noël ajoute à la féerie du temps des Fêtes. On disait autrefois que le sapin, vert en toutes saisons, était signe de vie éternelle.
    Lire l’article