Prix du 3-Juillet-1608

Reconnaissance prestigieuse pour Érudit et son engagement dans la francophonie nord-américaine

Le Conseil supérieur de la langue française a attribué le Prix du 3-Juillet-1608, l’une des plus hautes distinctions dans la francophonie, au Consortium Érudit.

Ce prix, qui commémore la fondation de la ville de Québec (le 3 juillet 1608) est remis à un organisme qui, avec persévérance, vitalité et dynamisme, a rendu des services exceptionnels à l’ensemble de la francophonie nord-américaine. Cette distinction, qui arrive alors que l’organisme célèbre son vingtième anniversaire, vient souligner son engagement envers le rayonnement des publications scientifiques et culturelles, et la promotion de la recherche en français au Québec, au Canada, ainsi que dans le monde.

« Pionnier de l’édition numérique à ses débuts en 1998, Érudit est aujourd’hui un chef de file reconnu dans le secteur de l’édition. Érudit a su évoluer au fil des années grâce à un esprit d’innovation constant, un engagement auprès de chacune des revues diffusées et la mise en place de liens forts avec les différents acteurs du milieu », rappelle Guylaine Beaudry, vice-rectrice adjointe, stratégie numérique, et bibliothécaire en chef de l’Université Concordia, qui, avec Gérard Boismenu, professeur de science politique à l’Université de Montréal, a cofondé cette institution. « Je me réjouis que le Conseil supérieur de la langue française reconnaisse cette initiative, qui est aujourd’hui, sous le leadership de Tanja Niemann, une véritable alternative aux grands éditeurs commerciaux internationaux, garantissant ainsi l’indépendance scientifique et financière des revues », termine-t-elle.

Avec plus de 20 millions de consultations par année, et 206 revues savantes et culturelles diffusées en majorité en libre accès, la plateforme erudit.org est devenue l’un des principaux lieux de diffusion de la recherche en sciences humaines et sociales ainsi qu’un acteur important dans le mouvement de défense de la science ouverte et de la bibliodiversité. « Alors que le potentiel et les défis de l’essor de la francophonie n’ont jamais été aussi grands, la vitalité et les nombreuses consultations de nos revues sont une preuve éclatante que la diversité linguistique est une force pour la culture et pour le développement de toute la communauté de la recherche. Nous sommes heureux de pouvoir offrir une vitrine à ces revues, et de contribuer à leur diffusion tant au pays qu’à l’international. », souligne Frédéric Bouchard, président du Consortium Érudit et Doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal.

Pour découvrir un aperçu des réalisations d’Érudit, visitez https://www.erudit.org/fr/20ans/

Personne-ressource :
Gwendal Henry
Chargé de communication
gwendal.henry@erudit.org